dimanche 29 mars 2020

Psaume du cinquième dimanche de Carême

Tu les vois ceux qui m'entourent avec leur visage de bête?
Tu les vois avec leur détermination de taureaux?
Ils se tiennent la gueule ouverte
comme des lions rugissants prêts à dépecer.
Je me répands comme une outre crevée.
Tous mes membres se disloquent,
mon cœur se liquéfie comme de la cire.
Il fond au milieu de mes entrailles.
Ma bouche est sèche comme de la brique,
ma langue se paralyse dans ma gorge,
elle se colle à mon palais.
Je suis réduit en poussière, au bord de la tombe.

- Psaume 22,13-16


Dieu des cris et des larmes
toi qui veilles sur le monde
et gardes lune et soleil
dans leur ronde

tu connais les menaces
les soucis
et les bêtes sauvages
qui prennent pour proie
mon quotidien

Arrache à mon effroi
un cri puissant
rédempteur
un cri à déchirer l'adversaire
et réveiller ta présence

Dieu des cris et des larmes
trace pour mes larmes
un sillon fertile
à travers la cendre
la poussière de ma flamme
qui espère

Alors
je ferai face
au monde chaotique
debout par ta grâce
et libéré des carcasses

Enfin devant toi
ma bouche s'ouvrira
pour chanter ta puissance
et bannir tout absence